Cette mission, c’est d’abord aller à la rencontre d’un autre peuple, comprendre son mode de vie, ses coutumes, sa culture et ses croyances. C’est découvrir un autre monde, auquel on ne s’attendait pas, au-delà des préjugés, au cœur de la communauté Maasaï. Plus qu’un voyage de découverte, vous agirez chaque jour en immersion dans ce village traditionnel.

Réalisez des activités avec les enfants, jouez et grandissez avec eux. Une expérience unique pour un impact à court et à long terme.

Vous serez entourés d’une communauté envoûtante mais aussi d’une nature exceptionnelle ! Les réserves animalières, le Kilimandjaro… Un voyage qui, on en est sûr, vous marquera.

Devenez un Maasaï d’adoption et laissez une empreinte durable et solidaire.

PROGRAMME OSOTUA

Type de projet : Animation scolaire

Localisation : Kimana, Kenya

Durée minimum : 3 semaines

J'ADHÈRE À L'ASSOCIATION

  • Une communauté unique

  • Des actions concrètes et durables

  • Un environnement époustouflant

Type de projet : 

Développement culturel pour une communauté maasaï

Date de début : 

Flexible

Durée :

3 semaines minimum

Âge minimum :

18 ans

Mineurs accompagnés

Groupe :

12 volontaires maximum

Hébergement : 

Case dans un Boma traditionnel

Situation :

Kimana, KENYA

Aéroports : 

Aéroport international Jomo-Kenyatta

Langue : 

Swahili et anglais

UNE AIDE INDISPENSABLE

Les maasaïs (masaï ou massaï) sont un peuple de guerriers et d’éleveurs semi-nomades vivant à ce jour entre le Kenya et la Tanzanie. Composé d’environ 850 000 individus au Kenya et 300 000 en Tanzanie, ils sont le symbole de la culture de l’Afrique de l’Est aux yeux du monde.

Leur territoire s’est considérablement réduit, notamment à cause des divers mouvements politiques.

En effet, le gouvernement kenyan tend aujourd’hui à les sédentariser sur leurs territoires ancestraux. Cependant, ce dernier continu de profiter de leur mode de vie d’éleveurs et les utilise pour maintenir l’équilibre de la faune et de la flore dans les grands parcs animaliers.

Au contraire, en Tanzanie, les politiques cherchent plutôt à confisquer leurs terres pour en faire des parcs d’élevage d’animaux. Cela à des fins touristiques dans le but d’y réaliser des safaris.

Les maasaïs se retrouvent ainsi mis à l’écart, avec un besoin d’intégration mais aussi d’alphabétisation. Il est nécessaire aujourd’hui de les aider à préserver leur culture, tout en leur permettant de s’adapter aux modes de vie actuels et aux nouvelles attentes de la société. D’où la naissance de notre projet « Osotua ».

IMG_1872
ecole volontaires-2379
IMG_1470

LA MISSION EN QUELQUES MOTS

QOA Association soutien une organisation à but non lucratif locale et cela depuis quelques années. Menée par Hélène Goiran, « Osotua, Children Women Environmental Organisation» travaille pour le bien-être et le mieux vivre d’une des communautés Maasaïs d’Amboseli, renommée Osotua. C’est elle qui a construit l’école « Osotua Ebenezer Nursery School » inaugurée en 2012 (Ebenezer voulant dire « béni des dieux ») avec deux classes de maternelle de 80 élèves.

Cette école accueille des enfants de la communauté d’Osotua, mais aussi d’autres communautés alentours. En revanche, les maîtresses font toutes partie des maasaïs d’Osotua et forment les enfants aux deux langues officielles du Kenya : l’anglais et le Swahili. Les deux institutrices sont Monicah Mebikie et Eunice, elles ont toutes les deux un certificat d’enseignement reconnu par le Gouvernement.

Hélène Goiran a également engagé l’installation d’un point d’eau potable ainsi qu’un « Boma », c’est-à-dire un regroupement traditionnel de case. Elle envisage même de créer un musée de l’Art Maasaï ! Mais ce n’est pas tout, elle organise régulièrement un festival de chants et de danses traditionnelles qui permet aux différents groupes Maasaïs du Kenya et de Tanzanie de se rencontrer et de perpétuer leurs traditions.

Aujourd’hui, QOA mène une action supplémentaire pour le développement de la communauté d’Osotua. C.W.E.O arrivait au terme de ses ressources, une main tendue était donc indispensable pour continuer les actions menées sur le terrain. C’est pour cela que QOA leur est venue en aide. Notre mission consiste notamment en un apport logistique et humain grâce à nos volontaires sur place. La part la plus importante étant consacrée à l’éducation et à la préservation de la culture maasaï.

LOGO Osotua
L'ASSOCIATION PARTENAIRE
Notre association partenaire sur place, celle avec qui nous avons monté ce projet, est Osotua, Children Women Environmental Organisation (C.W.E.O). Crée par Hélène Goiran, d’origine française mais kenyane de cœur, l’association a construit l’école maternelle de deux classes – l’Osotua Ebenezer Nursery School –, ainsi qu’un forage pour que la communauté maasaï ait accès à l’eau potable. Cela fait 25 ans qu’elle vit et travaille au Kenya, elle a ainsi sympathisé et s’est fait adopter par les maasaïs d’Amboseli. Ces derniers l’ont d’ailleurs rebaptisé Nosim, « celle qui n’arrête jamais ». En effet, Hélène Goiran est très dynamique mais aussi créative, en plus de l’école et du Boma, elle a développé un festival de chants et de danses traditionnelles pour perpétuer les traditions maasaïs.

VOTRE RÔLE

En tant que volontaire sur cette mission, vos activités seront variées. Vous serez en contact permanent avec la communauté maasaï, les petits comme les grands, et vous découvrirez une nouvelle manière de vivre, d’apprendre et de se divertir !

Animation des classes

ateliers culturels et sportifs…

Aménagement et réhabilitation

des infrastructures scolaires

Aide à la construction

des espaces de vie

Programme de formation

pour les femmes

Festival Maasaï

mise en place et gestion du festival de musique et de danse
Le festival aura normalement lieu en septembre 2017 et commencera à être organisé dès janvier. Par conséquent, les volontaires présents avant ces dates ne pourront pas participer à cette mission.
68400_531317793548707_443615883_n
Volunteer2_OSOTUA_QOA

UN PROJET OUVERT À TOUS

Vous avez une vingtaine d’années et vous êtes à la recherche d’une expérience enrichissante ? Vous avez la quarantaine et vous voulez retrouver certaines valeurs ? Vous avez la soixantaine et vous souhaitez partager votre expérience et votre savoir ?

Notre mission est accessible à tous ! Pas besoin d’avoir des connaissances précises, cependant des bases en anglais sont recommandées afin que vous puissiez communiquer plus facilement. Une exigence : la motivation. Toutes les compétences et toutes les idées sont les bienvenues pour développer et enrichir ce beau projet.

Qui que vous soyez, les maasaïs seront ravis de vous accueillir et de partager au maximum leur culture avec vous.

En revanche, au vu des missions à accomplir, il est tout de même conseillé d’être pédagogue, d’aimer les enfants et le travail manuel.

La limite est de 12 volontaires à la fois.

550078_531320386881781_526629276_n

CONDITIONS

Aucune qualification particulière n’est nécessaire. Néanmoins, est recommandé d’avoir :

  • une bonne condition physique,
  • des notions en anglais,
  • être majeur ou accompagné d’un adulte. La mission est déconseillée aux enfants de moins de 10 ans.
  • avoir une attestation de voyage
  • avoir une attestation médicale

Veuillez également nous communiquer les allergies ou régime particulier.

UN SUIVI PERSONNALISÉ

Avant même de partir, vous serez en contact régulier avec notre équipe en France afin de vous aider dans vos préparatifs. Que ce soit par mail ou par téléphone, QOA aura toujours une réponse à vos questions ! Une fois sur place, retrouvez un membre de notre équipe qui sera là pour vous intégrer, vous guider et s’assurer que votre expérience se déroule au mieux. Pour nous, vous n’êtes pas un numéro parmi tant d’autres, vous êtes un volontaire qui entre dans la grande famille de QOA.

DES MISSIONS 100% UTILES

Notre objectif n’est pas d’avoir un quota de missions et de volontaires inscrit pour une durée déterminée, loin de là ! Nos missions sont élaborées avec soin, avec un travail de longue haleine en amont. Effectivement, il nous faut du temps pour créer des liens avec les acteurs locaux, élaborer ensemble un programme réellement utile pour le pays et ayant un impact sur le long terme. Nos actions ne sont pas déterminées à la légère et votre présence constituera véritablement une aide sur place.

UNE EXPÉRIENCE VARIÉE

Nos missions ont une finalité principale (humanitaire, environnementale, etc.), mais vos actions seront variées. Que vous restiez trois semaines ou deux mois, en fonction de vos capacités et de vos centres d’intérêt, nous élaborerons ensemble un programme de manière à ce que vous participiez à toutes nos interventions sur place pour que vous ayez une vision globale de notre action. De même, durant vos temps libre, l’équipe de QOA sur place organise de nombreuses activités pour que vous puissiez connaître les attraits touristiques du pays. Jamais d’ennui, que des découvertes !

UNE IMMERSION TOTALE

Les volontaires sont logés au sein même de la communauté qu’ils viennent aider. Participer à un voyage utile avec QOA Association ce n’est pas juste donner un coup de main, c’est créer des liens avec des individus locaux, apprendre à les connaître mais aussi apprivoiser leur culture. Inconsciemment, nos voyages vous feront grandir et appréhender le monde autrement. Vous découvrirez leur réalité et, de la même manière, eux découvriront l’univers occidental. Un partage culturel pour un enrichissement personnel garantit !

Avec ses nombreux parcs, Amboseli, Maasai Mara, Tsavo, vous aurez surement l’occasion de croiser les big five et autres antilopes, girafes, oiseaux, reptiles ou insectes !

Afrique

Capitale : Nairobi
Continent : Afrique
Unité monétaire :

Le Shilling Kenyan ( KSh)
100 KSh = environ 0.866 €
100 KSh = environ 1.144 $ USD
Langues :
Swahili
Anglais
Population :
44,35 millions (2013)
Superficie :
581 309 km2
Religions :
Christianisme
Islam
Religions traditionnelles
Régime :
Régime présidentiel, Démocratie représentative
Décalage horaire :
+ 1h00 par rapport à la France
(Pas d’heure d’été)
Climat :
climat tropical, chaud et humide
Indicatif téléphonique :
+ 254

Jumbo !

On attribue au Kenya l’une des plus anciennes présences humaines avec l’australopithèque, intermédiaire bipède entre le singe et l’homme, qui valut à la région le titre de berceau de l’humanité. On y a d’ailleurs retrouvé « Toumaï », un squelette de sept millions d’années (deux fois plus âgé que la fameuse Lucy). Peuplé depuis environ 25 millions d’années, c’est l’endroit où tout commença pour les Hommes : près de 42 groupes ethniques nomades, en provenance d’Ethiopie, du Nil, et des pentes du Kilimanjaro, se sont alors établis en ces terres accueillantes.

Mais on ne vient pas au Kenya pour ses fossiles : le pays est avant tout connu pour sa faune sauvage et ses paysages modelés par la Vallée du Rift. Parcs nationaux et réserves tel le Tsavo, Amboseli, Nakuru, Mont Kenya, Samburu ou le mythique Maasai Mara sont une extraordinaire invitation à la découverte de la nature et de la vie qui s’y donne en spectacle. Les Big Five (lion, léopard, éléphant, rhinocéros, buffle) sont tous là et bien plus encore. Que dire aussi des somptueux décors que sont le célèbre Kilimanjaro et les lacs de Bogoria ou Naivasha.

En prime, le Kenya offre une réponse à quasiment tous les rêves d’évasion : plages de sable blanc et cocotiers, plongée sous-marine, savanes, forêts et déserts, randonnées pédestres de plaine, plateau, moyenne montagne, et même alpinisme. Si vous vous apprêtez à vivre au Kenya votre première rencontre avec la faune africaine, vos rêves de gosse ne seront pas déçus !

LES CULTURES KENYANES

Vous trouverez au Kenya une culture à la fois dynamique et tolérante. Dans les terres arides du nord vivent des ethnies préservées : les nomades Samburus parlant le dialecte Maa, les Somalis et les Rendiles (éleveurs de chameaux) ainsi que les Turkanas, ethnie ancestrale de la région.

Le long de la Vallée du Rift vit l’ethnie des Kalenji, mondialement connu pour leur pratique talentueuse de la course à pied.

Sur les rives du lac Victoria, on trouve les Luos et les Luhyas ; au sud de Nairobi résident les Akambas, incroyables sculpteurs sur bois.

Sur les pentes du Mont Kenya demeurent les Kikuyus, qui représentent tout de même 20% de la population totale au Kenya.

Plus bas sur la côte vivent les 9 tribus des Mijikendas et le peuple swahili, savant mélange de cultures africaines, arabes et portugaises.

C’est à travers les plaines du sud que resplendissent les couleurs des tenues traditionnelles Maasaïs. Ce peuple a su, au fil des années, préserver leurs traditions intactes. Les villages, ronds et entourés d’épineux, appelés « manyattas » leur sert de protection contre les éventuels prédateurs.

Au Kenya, chaque communauté possède son propre dialecte, sa culture et ses traditions !

LE SAVOIR VIVRE KENYAN

Les Kenyans aiment inviter les voyageurs à prendre part à leur vie quotidienne et à découvrir leurs us et coutumes. Que vous visitiez un village nomade Samburu dans le nord, que vous observiez le travail d’un pêcheur sur le Lac Victoria ou que vous vous promeniez dans les vieilles villes de Lamu et Mombasa : l’hospitalité kenyane est la même partout !

La population locale est toujours prête à faire découvrir son mode de vie et ses traditions aux voyageurs en quête de rencontres et d’expériences culturelles. Vous pourrez ainsi vous initier à certaines danses traditionnelles, découvrir leur habitat et la base de leur alimentation mais aussi la façon dont les femmes fabriquent leurs magnifiques bijoux traditionnels… Ne ratez pas une belle occasion de partager des moments uniques et inoubliables à leur côté.

QU'EST-CE QU'ON MANGE ?

La cuisine kenyane reflète la diversité culturelle et ethnique du pays. Les nombreuses influences (européenne, anglaise, indienne, africaine et swahili) ont donné naissance à une des cuisines les plus riches et variées d’Afrique de l’Est.

Les plats principaux sont essentiellement à base de viande de bœuf ou de mouton accompagnés d’haricots, de pommes de terre et de bananes plantains.

Si vous vous rendez au Kenya, prenez le temps de déguster un plat traditionnel incontournable au Kenya : le Nyama Choma. Il s’agit de viandes grillées au barbecue servies en petits morceaux à déguster avec du maïs et des bananes plantains. L’Ugali fait également parti des aliments typiques d’Afrique de l’Est. Il se prépare avec de la farine de maïs et de l’eau. Il accompagne généralement les viandes grillées et les poissons ainsi que les plats en sauce.

Sur la côte, la cuisine traditionnelle swahilie aiguise les appétits : gingembre frais, épices, piments, lait de coco, citron vert ou encore graines de tamarin pillées. Vous pourrez ainsi déguster un « kuku wakupaka », qui n’est rien d’autre que du poulet épicé au lait de coco. Ce plat est généralement servi avec du riz blanc et du chapati. Importé d’Inde, le chapati est un pain préparé à base de farine et d’eau. Il fait désormais partie intégrante de la cuisine Kenya et se mange à tout moment de la journée.

Si vous séjournez sur la côte, vous pourrez également déguster les meilleurs poissons et les crustacés (langoustes, crabes, tilapia, etc.) du Kenya.

En dessert, vous aurez le choix parmi un grand nombre de fruits exotiques: mangues, ananas, papayes, fruits de la passion, bananes, goyaves…

Sachez aussi que le Kenya est parmi le plus gros cultivateur de thé au monde et produit une variété forte et très aromatisée. L‘excellente réputation du café kenyan n‘est également plus à faire. Thé et café sont donc des souvenirs sympathiques à ramener, pour profiter pleinement des arômes du pays de retour chez soi.

POUR S’IMPRÉGNER DE LA CULTURE

BIBLIOGRAPHIE

  • Sur la terre des Massaï, E. Gilbert, chez Albin Michel (2003) : de magnifiques portraits de Maasaï.
  • Kenya, dans la collection Bibliothèque du voyageur chez Gallimard (2014) : l’histoire du pays, de ses différents peuple, ainsi que de la faune et de la flore kenyane.
  • Parlons massaï, de Grace Mesopirr Sicard et Michel Malherbe, chez L’harmattan (2005) : un petit dico pour apprivoiser la langue.
  • Passion africaine, Corinne Hofmann chez Favre Eds (2012) : suite de La Massaï blanche et Retour d’Afrique.

AUTEURS KENYAN

  • Ngugi wa Thiong’o : Décoloniser l’esprit ; La Rivière de vie : Pétales de sang…
  • Meja Mwangi : Striving for the Wind ; Weapon of Hunger ; The Return of Shaka…
  • Grace Ogot : The island of tears ; Simbi Nyaima ; Miaha…

FILMOGRAPHIE

  • Massaï – les Guerriers de la Pluie, Pascal Plisson (2003) : l’histoire d’adolescent passant à l’âge adulte, confrontés à une sécheresse sans précédent mettant en péril la pérennité de leur peuple.
  • Les Chroniques de l’Afrique sauvage, Frédéric Lepage (1995) : série de documentaire de 24 épisodes débutant dans la réserve du Masaï Mara au Kenya. De quoi devenir incolable sur l’Afrique, et en avoir pleins la vue !
  • Le secret de Chanda, Olivier Schmitz (2010) : la dure vie de Chanda, petite fille vivant en Afrique du Sud, après la mort de son père et de ses frère.
  • Le Temps de la kermesse est terminé, Frédéric Chignac (2010) : en panne au milieu du désert africain, on est bien obligé de parler avec les autres.

PETIT LEXIQUE

Bonjour : Jumbo

Comment ça va ? : Jinsi ni wewe ?

Au revoir : kwaheri

Merci : asante

Oui : ndiyo

Non : hapana

Excuse moi : samahari

Aujourd’hui : leo

Maintenant : sasa

Demain : kesho

Monsieur : bwana

Madame : bibi

Comment vous appelez-vous ? : jina lako nani ?

Je m’appelle X : jina langu ni

Combien ça coûte ? : Inagharimu pesa ngapi ?

Localisation du projet :

Kimana, Kenya

Ville la plus proche :

Kimana au sud du pays, au pied du Kilimandjaro, près de la frontière de Tanzanie

Altitude : 

Environ 1300m

Unité monétaire : 

Le Shilling Kenyan ( KSh)

100 KSh = environ 0.866 €

100 KSh = environ 1.144 $ USD

Langue parlée sur place : 

Anglais

Climat :

climat tropical, chaud et humide

Monicah-Kenya-QOAAsso - copie

HÉBERGEMENT ET REPAS

Le logement se fera dans une case traditionnelle de 10m2 pour 2 personnes. Il y aura 6 cases en cercle ; ceinturées par une clôture en bois faite de branches entrelacées. C’est cet ensemble que l’on appelle « BOMA » en pays Maasaï.

Les repas seront préparés par une cuisinière et se prendront en commun dans les espaces prévus à cet effet. La cuisinière est là 6 jours sur 7 et assure les trois repas de la journée. Le dimanche, ce sera à vous de préparer vos repas (pris en charge par QOA). Il se peut que des pique-niques dans la brousse soient organisés avec les maasais.

Les courses sont faites deux fois par semaine par le chef de camp, accompagné d’un ou deux volontaires. Les courses sont prises en charge par l’association, mais si vous voulez des produits particuliers ils seront à vos frais.

Un gardien est là dès la tombée de la nuit jusqu’au réveil. Il est accompagné de notre trio de chiens de garde !

ÉQUIPEMENTS SUR PLACE

Dans chaque case, il y a deux lits simples avec un oreiller et un matelas en mousse, ainsi qu’une moustiquaire. Il y a aussi quelques rangements pour vos affaires personnelles.

Vous aurez également plusieurs lampes solaires à votre disposition.

Chaque volontaire s’occupe de sa lessive, à la main.

Il y aura des puits dans le nouveau boma grâce aux anciens volontaires ! Il y aura donc l’eau courante, mais ce dernier n’ouvrira, normalement, qu’à la fin septembre 2016. D’ici là, les douches se font à la bassine.

Il n’y a pas de prise électrique dans le boma, mais vous pourrez recharger vos appareils électroniques une fois par semaine à l’hôtel Sopa lodge, dans le village le plus proche, où vous bénéficierez d’une connexion internet et de l’accès à la piscine.

DÉPLACEMENTS ET ACCOMPAGNEMENT

Il faut compter environ 5 heures de route en voiture entre Nairobi et Kimana.

Ensuite, les déplacements entre le lieu d’action et le lieu d’hébergement se feront à pied, ces deux points sont espacés d’environ 1km.

Des déplacements à Kimana pour les courses se feront en voiture ou à pied selon le temps et les disponibilités.

DÉCOUVERTES DES VOLONTAIRES

La rencontre du peuple Maasaï, la proximité immédiate des grands espaces des parcs animaliers, le Kilimandjaro… Autant d’expériences qui émerveilleront sans aucun doute les volontaires.

Ces derniers pourront ainsi découvrir :

  • La vie, les coutumes et les fêtes traditionnelles du peuple Maasaï.
  • L’initiation à la confection de vêtements et de bijoux traditionnels pour la préparation des fêtes.
  • Une multitude de safaris découvertes avec des thèmes sur la faune, la flore, la géologie…
  • Pour ceux qui seront présents en Septembre 2017 : festival de chants et danses traditionnelles.

ÉQUIPE SUR PLACE

Monicah – Institutrice au Kenya

C’est Monicah qui a choisit le nom de l’école, « Osotua Ebenezer Nursery School » – Ebenezer signifiant béni des dieux en Masaaï. Elle s’occupe des enfants de 3 et 4 ans. Mais aussi, elle chouchoute les volontaires, s’assure qu’ils s’intègrent bien et que la relation avec les enfants est toujours bonne !

CADEAUX SOLIDAIRES

Arriver avec des petits cadeaux est toujours une bonne idée. Cependant, on ne peut pas amener n’importe quoi. Offrir un ordinateur pour vivre dans la savane, est-ce réellement utile ? Sûrement pas.

De même, certaines bonnes idées n’en sont pas. Par exemple, on pourrait penser qu’apporter des vêtements serait une belle attention. Cependant, cela risquerait de frustrer les enfants. Qui pourrait amener assez de vêtements pour 80 élèves ?

QOA vous donne donc quelques idées de cadeaux solidaires vraiment utiles !

Les cadeaux les plus appréciés sont ceux pour les enfants et l’école Maasaï. Ils manquent cruellement de livres d’éveil en anglais, de fournitures, de jouets intérieurs et extérieurs. Les confiseries classiques (chocolat, sucettes, etc.) sont aussi fort demandées.

CARNET DE ROUTE

Jour 1 : (options)

Arrivée le samedi à Nairobi.

Prise en charge par le correspondant QOA sur place.

Visite du Girafe center et du centre de conservation Scheldrick.

Nuit à Nairobi.

Jour 2

Départ le matin pour Osotua en voiture.

Arrivée au Boma pour le déjeuner.

Danse de bienvenue par les maasaïs.

Déjeuner avec les autres volontaires.

Installation dans les chambres.

Brief avec l’équipe.

Jour 3 + X

Début des activités avec les maasais.

La répartition des activités est déterminée chaque début de semaine avec les volontaires. En fonction des besoins et des affinités vous serez en charge de :

  • l’animation des ateliers éducatifs, sportifs ou culturels,
  • la réhabilitation des infrastructures de l’école,
  • la construction des bâtiments du lieu de vie,
  • la création artisanale avec les femmes maasaïs,
  • la découverte des coutumes de la communauté.

JOURS OFFS

Les week-ends sont libres. Ainsi, vous pouvez en profiter pour visiter le parc d’Amboseli ou du Tsavo.

L’équipe de QOA organise également des sorties avec les maasaïs. Des treks au cours desquels ils vous montreront quelles sont les plantes médicinales, les traces laissées par les animaux dans la nature…

Aussi, vous pourrez vous rendre au marché locale avec les femmes pour la vente des bijoux. Ou bien, dans le marché aux bestiaux où les maasaïs revendent leurs chèvres, leurs vaches, etc. Ce dernier est d’ailleurs tenu par la soeur de Monicah !

Enfin, si vous préférez une journée de farniente, vous pourrez aller à l’hôtel Sopa lodge, à quelques kilomètres, pour profiter gratuitement de la piscine !

SESSIONS

La mission est divisée en plusieurs sessions :

  1. Janvier à Mi-frévrier
  2. Mars à Mi-août
  3. Septembre et Octobre

Les mois de novembre et décembre sont les grandes vacances scolaires, il n’y a donc pas d’élèves à l’école. Les volontaires peuvent néanmoins venir et s’occuper de l’entretien et de la réfection de l’école, des activités avec les femmes du village, etc.

L’équipe de QOA est susceptible de vous demander d’arriver à une date précise de façon à faciliter votre transport jusqu’au site de la mission.

DON MISSION

Les volontaires collaborent humainement et financièrement, avec un don mission s’élevant à 545€ par semaine. Ce coût peut sembler élevé, mais il est indispensable pour financer le projet et la vie sur place, que ce soit des volontaires comme de la communauté Maasaï. Vous pourrez trouver ci-dessous plus de détails concernant le don mission.

COÛT PAR SEMAINE

Semaine 1 à 3 : 545€

Semaine 4 à 5 : 490€

Semaine 6 et + : 410€

OÙ VA VOTRE ARGENT ?

  • Frais sur place - 65%
  • Frais Association - 15%
  • Développement projets - 20%

FRAIS ASSOCIATION

  • – adhésion
  • – fonctionnement de l’association
  • – support et administration avant et pendant la mission
  • – assurances
  • – gestion de recrutement et de la communication
  • – rétribution de l’équipe
  • – plateformes web de l’association

DÉVELOPPEMENT PROJET

  • – identification des missions et partenaires
  • – élaboration et développement des programmes de volontariat
  • – rémunération des intervenants
  • – investissement dans les équipements et ressources nécessaires

FRAIS SUR PLACE

  • – coût de l’hébergement et de la nourriture
  • – frais des déplacements
  • – salaires de l’équipe locale
  • – location et/ou rétribution pour les lieux d’action
  • – contribution aux frais du projet
  • – achat et renouvellement du matériel
  • – financement du projet
  • – communication et sensibilisation locale

INSCRIPTION ET RÈGLEMENT

Pré-inscription : 90€ pour l’adhésion d’une année à l’association (chèque ou virement).

Réservation : 30% du don mission (chèque ou virement).

30 jours avant le départ : 70% restant du don mission (virement).

LE PRIX COMPREND

  • La prise en charge à l’aéroport de Nairobi
  • Le transfert de Nairobi à Osotua (Aller-retour)
  • Tous les repas
  • Hébergement au boma d’Osotua
  • Deux t-shirts de volontaire QOA

LE PRIX NE COMPREND PAS

  • Le vol aller-retour pour Nairobi
  • Les extras durant le séjour
  • Les activités touristiques (safaris, entrées dans les parcs, etc.)
  • Le visa
  • Les vaccins
  • L’assurance voyageur et rapatriement OBLIGATOIRE

COMMENT FINANCER SON VOYAGE ?

FINANCEMENT INDIVIDUEL

La plupart des volontaires participant à nos projets financent eux-mêmes leur mission. D’une à plusieurs semaines, elle peut être intégrée à un voyage de plus longue durée ou constituer un séjour à part entière.

CONGÉS ÉCO-SOLIDAIRES

Le congé éco-solidaire est un partenariat entre un employeur, un salarié et QOA. L’employeur peut financer une partie ou la totalité des missions d’éco-volontariat de ses employés. 60% des sommes versées (frais de mission et adhésion « soutien ») sont déductibles de l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 0,5% du chiffre d’affaires (article 238 bis du CGI).

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF

Il permet de collecter de l’argent en ligne auprès de ses proches afin de remplir une cagnotte pour financer sa mission.

DÉDUCTION FISCALE

Pour les particuliers :

Lorsque vous adhérer à notre association (que vous soyez adhérent volontaire, actif ou soutien), 66% du montant se déduite de vos impôts, dans la limite de 20% du revenu imposable (article 200 du CGI).

Aussi, si vous partez avec nous en tant que volontaire, votre participation financière du don mission (les 480€ par semaine) est également déductible à 66%.

Si vous êtes adhérent et volontaire, deux fiches de déduction d’impôts vous seront transmises (les deux démarches étant comptabilisées séparément).

Pour les entreprises :

Pour les employeurs finançant la participation de leurs salariés, leur contribution sera déductible d’impôt de l’ordre de 60% du montant de leur versement, dans la limite de 5 pour mille du chiffre d’affaires (article 238 bis du CGI).

CONDITIONS

Aucune qualification particulière n’est nécessaire. Néanmoins, est recommandé d’avoir :

  • Une bonne condition physique
  • Des notions d'anglais
  • Être majeur ou accompagné d'un adulte
  • Avoir une attestation de voyage
  • Avoir une attestation médicale

Veuillez également nous communiquer les allergies ou régime particulier.

DÉMARCHES ADMINISTRATIVES

Les documents administratifs et les formalités d’entrée :

Le gouvernement kenyan a annoncé la restauration du visa obligatoire pour les ressortissants français quelle que soit la durée de leur séjour. Celui-ci peut être obtenu auprès de l’ambassade du Kenya à Paris ou à l’arrivée au Kenya (dans ce cas, son coût est de 50 $US payable en dollars américains).

Le visa a une durée de validité de trois mois à compter du jour d’entrée sur le territoire kenyan. Il est possible de le prolonger à nouveau de trois mois. Il n’est pas possible d’obtenir plus de deux visas de court séjour consécutifs. Il faut ensuite sortir du territoire. Au delà de six mois, un permis de séjour est exigé.

Pour le faire, vous pouvez vous rendre à l’ambassade du Kenya à Paris ou leur envoyer votre dossier. Normalement, il est délivré assez rapidement. Comptez environ une semaine et 40 euros.

LA PRÉPARATION AU VOYAGE

La carte bancaire avec laquelle vous avez acheté vos billets d’avions vous sert d’assurance. Il faut donc que vous l’emmeniez avec vous durant la mission, et pensez bien à vérifier la date de validité.

Vous pouvez utiliser la carte bancaire dans les hôtels, restaurants ou grands magasins. Un point de retrait se trouve également dans le village le plus proche. Avant de partir, prenez rendez-vous avec votre banque pour vous renseigner à propos de leur option à l’international afin d’éviter que vous aillez des frais supplémentaires.

Photocopiez tous vos papiers officiels (passeport, visa, etc.).

Si vous prenez des médicaments, retirez toutes les boîtes nécessaires dans une pharmacie avant de partir car vous ne trouverez pas les mêmes produits là bas.

N’oubliez pas votre crème solaire, votre après-soleil ou Biafine, une casquette ou chapeau, ainsi que des lunettes de soleil pour vous protéger. Le soleil est plus fort ici qu’en France ! Une paire de tongs ou sandales, une chemise à manche longue, une paire de gants de travail, un coupe-vent, et une cape de pluie.

Nous vous conseillons également de prendre un coupe ongles, du gel antibactérien en petit flacon et une gourde.

Dans vos bagages, pour votre confort, prenez un sac de couchage (et un drap, plus facile à laver) et une taie d’oreiller, des chaussures de randonnée ou des bonnes baskets, un adaptateur sur le modèle du Royaume-Uni (type G), et une batterie portable pour vos objets électroniques. Évitez les vêtements fragiles ou trop clairs qui prennent facilement la poussière. Évitez également les vêtements qui dénudent trop les épaules ou les jambes.

Pensez également à prendre un sac à dos ou une sacoche. Une lampe frontale est également plus pratique qu’une lampe de poche, vous pourrez lire et vous déplacez plus facilement.

Il fait chaud en journée mais les nuits sont fraîches, prenez donc des vêtements chauds.

Vous pouvez également amener un appareil photo, des jumelles, un bloc note, de quoi dessiner ou écrire, des gourmandises qui pourraient vous manquer sur place… Cependant, à Naivasha se trouve un centre commercial où vous pourrez trouver des confiseries et gâteaux (à vos frais).

Les jeux de cartes et de société sont bien sûr les bienvenus ! Prenez des livres si vous aimez lire, ou de la musique.

Pour d’autres conseils, rendez-vous dans la rubrique Conseils Pratiques !

ASSURANCES

Pour partir en mission avec QOA il est obligatoire de souscrire à une assurance voyage.

QOA Association est partenaire de Chapka Assurances. Cette dernière propose notamment une assurance spéciale volontariat, comprenant l’assistance rapatriement, la couverture de vos bagages, la responsabilité civile à l’étranger ainsi que d’autres garanties.

En choisissant Chapka Assurances, vous bénéficierez d’un code promotionnel de 5%.

DÉMARCHES SANITAIRES

LES VACCINATIONS OBLIGATOIRES AVANT LE DÉPART

Fièvre jaune : existe dans ce pays. Attention, il s’agit d’une maladie mortelle. Il faut être vacciné quelle que soit la forme de votre séjour. Prévoyez une injection au moins 10 jours avant le départ (centre de vaccination international).

LES VACCINATIONS RECOMMANDÉES AVANT LE DÉPART

  • Traitement préventif paludisme
  • Hépatites virales A et B
  • Méningite
  • Diphtérie
  • Tétanos
  • Poliomyélite
  • Rage
  • Rougeole

LES RECOMMANDATIONS PARTICULIÈRES

Pour la réalisation de votre mission, QOA-Quand on aime vous demande une attestation d’aptitude au voyage. Aussi, il vous faut nous indiquer tout problème de santé ou allergies.

Attention aux conséquences liées à l’exposition au soleil et à la chaleur, surtout pour les enfants et les personnes âgées. Des précautions sont nécessaires (photoprotecteurs, suppression de tous les médicaments photosensibilisants).

Les maladies transmises par l’eau et les aliments sont fréquentes.

Les maladies sexuellement transmissibles et tout particulièrement le SIDA ont une forte prévalence.

Les maladies transmises par les arthropodes sont très répandues (réserves et parcs nationaux, zones côtières et des grands lacs). Une protection contre les moustiques est impérative.

Il existe des foyers actifs de bilharziose, de trypanosomiase africaine.

CLIMAT

Le Kenya est traversé par l’équateur et a une grande diversité de climats allant de semi-arides à tempérés vers les contreforts montagneux (hémisphère sud). La tendance générale reste cependant un climat chaud et sec.

Période chaude : Décembre à Mars (moyenne diurne entre 27°C et 37°C).

Période froide : Juillet à Septembre (moyenne diurne entre 17°C et 19°C).

Saison des pluies : Avril-début juin, Novembre jusqu’à mi-décembre.

CONTACTS OFFICIELS

Représentation en France : Ambassade du Kenya en France

3, rue Freycinet 75116 Paris

Tél. : 01 56 62 25 25

Fax : 01 47 20 44 41

Représentation française sur place : Ambassade de France au Kenya

Barclays Plaza (9th floor) – Loita street, PO box 41784 Nairobi

Tél. : [254] (2) 21 48 48 – 33 97 83 (ou 84)

Fax : [254] (2) 21 70 13

Site : http://ambafr.iconnect.co.ke/

Combien de temps à l’avance je dois commencer les démarches pour participer à la mission ?

Le temps pour préparer sa mission ne dépend pas vraiment de QOA mais est plutôt dicté par les questions sanitaires. Ce qui importe, c’est combien de temps à l’avance il faut faire les vaccins et les rappels entre chaque. Les démarches pour obtenir le visa prennent aussi un certain temps.

QOA préconise de s’y prendre environ 3 mois à l’avance afin de bien organiser son voyage. Aussi, de cette manière, cela nous permet de voir s’il reste de la place, nous laisse le temps de préparer votre séjour afin que les conditions de la mission soient optimales !

Est-ce qu’il y a un système de sélection lorsqu’on postule à une mission chez QOA ?

Non, il n’y a pas de sélection ferme. En revanche, en amont de la mission, nous sommes en contact régulier avec le volontaire afin de valider sa motivation. En effet, ce qui est important pour nous c’est que le volontaire soit apte à vivre dans des conditions de vie plutôt précaires, soit prêt à s’impliquer à 100% dans nos actions et ait une vision réaliste de la mission. Ainsi, nous vérifions que ses attentes correspondent à la vie sur place.

Est-ce que je peux participer à la mission en groupe ou en famille ?

Oui ! Mais dans la limite des places disponibles. Donc, si vous vous y prenez bien à l’avance, vous pouvez partir avec un groupe de 12 personnes (le maximum pour cette mission)! Mais attention, ce ne sont pas des vacances, il faut donc que tout le groupe soit motivé, sache en quoi consiste la mission et que votre projet soit pertinent et en accord avec les valeurs de QOA.

Vous pouvez également partir en famille ! La mission se déroulant avec des enfants de 3 à 6 ans, d’autres enfants peuvent venir sur place et participer aux activités de l’école. Cependant, nous demandons un âge minimum de 5 ans au vu des risques sanitaires et des conditions sur place.

Ais-je besoin d’un visa ?

Oui ! Vous pouvez le faire à l’ambassade du Kenya de Paris ou directement à votre arrivée au Kenya. Ce dernier a une durée de validité de 3 mois, il peut être prolongé pour 3 mois supplémentaires. Au delà de 6 mois, un permis de séjour est exigé.

Quelle est la meilleure période pour se rendre au Kenya ?

Les animaux sont toujours présents, quelque soit la période, mais si vous voulez éviter la pluie il vaut mieux que vous y alliez entre le 1er juillet et le 30 octobre, ou du 1er décembre au 31 mars. La période la plus chaude est de décembre à mars, et la période froide de juillet à septembre.

Il n’y a donc pas de meilleure période en particulier, cela dépend des voyageurs et de leurs envies.

De combien d’argent aurais-je besoin sur place ? (Jour off, sorties, activités touristiques, etc.)

Le budget dont vous aurez besoin est très variable en fonction des activités qui vous intéressent. À titre d’exemple, le safari au parc d’Amboseli, à 5 kilomètres du boma, coûte environ 150€ pour une journée ; pour une randonnée avec les maasaïs vous devrez compter 5€ ; les menus à l’hôtel où vous irez pour internet sont à 19€…

Comptez également de l’argent pour le téléphone. Vous pouvez vous procurer une carte sim et acheter des recharges. Les tarifs varient en fonction des opérateurs.

Un point de retrait est disponible dans le village à côté.

Avant de partir, assurez-vous auprès de votre banque que vous avez une option internationale afin de ne pas avoir de frais lorsque vous utilisez votre carte bancaire sur place et surtout que votre carte fonctionnera au Kenya !

Quelle compagnie aérienne pour aller au Kenya ?

De multiples compagnies aériennes se rendent au Kenya, particulièrement à Nairobi, comme Air France, British Airways, Condor, Darwin Airline, Egyptair, Emirates Kenya Airways, etc.

Au départ de Paris, vous pouvez trouver des billets d’avion aller-retour vers Nairobi à partir d’environ 370 €. Pour avoir de bon tarif, évitez les périodes de fêtes ou de vacances, essayez de décaler vos dates en fonction des tarifs, et enfin réservez soit avec beaucoup de temps d’avance soit à la dernière minute (ce qui est beaucoup plus risqué, les prix bas n’étant pas garantie).

Le Kenya, est-ce une zone sûre ?

Le Kenya est une zone relativement sécurisée. Au cours des derniers mois, la sécurité s’est améliorée à Nairobi et dans les villes de la Côte, mais elles ne sont pas à l’abri du terrorisme. Le gouvernement français recommande de faire preuve de vigilance dans les lieux publics les plus fréquentés, les risques tels que la délinquance et la criminalité urbaine ne sont pas à négliger.

Plus d’informations sur le site du gouvernement français.

Comment j’arrive jusqu’au site de la mission ?

Un membre de l’équipe viendra vous chercher en voiture à l’aéroport de Nairobi. En fonction de votre heure d’arrivée, soit vous dormirez une nuit sur place, soit vous partirez directement à Kimana, jusqu’au village, à environ 5 heure de route.

Est-ce que j’aurais accès à internet ?

L’accès à internet n’est pas aisé, mais il est possible ! Le week-end ou en soirée, à partir de 17 heures (lorsque le générateur est allumé !). Pour cela, il faudra vous rendre à l’hôtel le plus proche, c’est-à-dire à 1,5 kilomètres du lieu de vie. Vous pourrez y aller seul – bien sûr en informant l’équipe – ou accompagner du staff si l’activité a été prévue au préalable.

Est-ce que l’eau sur le site sera potable et propre ?

L ‘eau est issue d’un forage, elle est donc propre et relativement potable. Mais notre organisme d’occidentaux a du mal à la digérer. L’équipe sur place gère donc son traitement. Il est conseillé de s’hydrater avec des bouteilles d’eau minérale pour ne pas avoir de mauvaise surprise !

Est-ce que je peux avoir l’avis de volontaires qui ont participé à la mission de QOA ?

Vous pouvez retrouver le témoignage de volontaires partis avec QOA ou toujours actuellement en mission sur notre page spécialement dédiée : En direct de nos missions.

Une vidéo récapitulative est également en cours d’élaboration, restez connectés !

« Je ne savais pas vraiment ce que je cherchais en partant pour une mission en Afrique, être utile et aider mon prochain évidemment, mais ce dont je suis sûre c’est ce que j’en retire aujourd’hui ! Une expérience inoubliable, une action concrète, des échanges, des sourires et une envie d’y retourner… »

CAMILLE, 17 ans – FRANCE


Mission Osotua

Dernières informations

L’école ferme ses portes pour les deux dernières semaines d’août. Dès le 1er septembre, les enfants seront de retour et avides de nouvelles découvertes !

Carnet de bord - Osotua

Découvrez le suivi de mission des volontaires édité par notre équipe sur place.