Le voyage utile, un voyage éthique

Plus qu’un choix de voyage, le voyage utile est un acte militant qui promeut un monde meilleur et durable.

Par votre implication vous décidez d’agir pour la préservation de la biodiversité. Cette notion englobe l’ensemble des êtres vivants y compris l’être humain et les relations établies entre eux et leur environnement.

Ainsi préserver la biodiversité c’est préserver la faune, la flore et aussi les communautés humaines, leurs cultures et les liens qui nous unissent à la nature.

Le voyage utile est donc un moyen pour rendre un monde solidaire et respectueux de la biodiversité, de participer concrètement au changement pour un avenir meilleur.

Le voyage utile c’est vivre une expérience hors du commun au sein d’un groupe soudé ou tous partagent les mêmes objectifs.

C’est aussi découvrir de nouvelles cultures et de somptueux décors.

Chaque mission a une vraie utilité et chaque volontaires apporte une contribution concrète sur l’impact du projet choisi dans le respect des communautés locales et de leurs fonctionnements.

QOA l’association s’engage à ne pas s’immiscer au-delà des ces limites afin de respecter l’autonomie des partenaires locaux.

Un dialogue permanent avec nos partenaires locaux, des comptes rendus du projet régulier, un bilan annuel et les témoignages de nos volontaires, garantissent la qualité de la mission proposée, de son impact et de son utilité.

Le voyage utile ne demande aucunes compétences particulières et peut se pratiquer seul(e), en groupe ou en famille.

Concernant l’aspect financier 70% de la contribution des volontaires est reversée aux acteurs locaux pour le logement, la nourriture, l’entretien des infrastructures et le développement du projet.

Afin d’atteindre nos objectifs, celui des acteurs sur le terrain et de nos volontaires nous fournissons à l’inscription une information des plus complètes et des plus exhaustives sur le programme, sur les conditions d’hébergement et des tâches à effectuer.

Pour terminer il faut rappeler que le volontariat est un choix d’agir dans le respect des modes de vie locaux en toute conscience.

Le volontariat s’insert dans une démarche éthique forte, à laquelle les participants s’entendent adhérer totalement.

Cette charte a pour but de proposer les principales clefs de réflexions qui devront être menées en amont de son engagement a une mission de volontariat .

Une charte éthique n’est ni un label ni une certification, mais juste un document dictant des principes de bonne conduite au sein d’un groupement de personnes ou de professionnels. La charte éthique n’a pas de valeur officielle.

La valeur de la charte éthique ne dépend que de sa reconnaissance par tous les protagonistes.

La charte éthique c’est un engagement libre et gratuit de ceux et celles qui y adhèrent .Elle définit des valeurs communes

La charte éthique suggère des comportements et des engagements mais n’impose aucunes normes ou règles.

 

Communication objectif sur l’émission de volontariat

QOA l’Association s’engage à donner une information honnête explicite et objective sur la mission qu’elle propose soit :

  • sur l’utilité de la mission
  • Sur l’implication des volontaires dans le projet et leur encadrement
  • Sur les retombées économiques, écologiques et sociales de la mission
  • Sur l’objectif de la mission
  • Sur la publication des résultats
  • Sur les conditions d’accueil (hébergement, confort ,encadrement accueil ,organisation de voyage )

QOA l’Association s’engage à mettre en place une préparation préalable au départ des volontaires afin :

  • D’optimiser leur immersion culturelle
  • De clarifier le sens de leur implication au sein du projet
  • D’informer les volontaires sur leurs conditions de participation
  • D’évaluer leurs attentes pour une bonne orientation du choix de leur mission

Cette préparation peut prendre la forme d’une documentation, d’une rencontre ou tout autre support adapté.

QOA l’Association et ses volontaires prennent l’engagement sur chaque mission de respecter les personnes, leur culture, l’environnement et l’objectif de la mission.

Pour ce faire QOA L’asso met en place pour chaque mission un règlement intérieur qui a pour but d’instaurer des règles de vie et de fonctionnement afin d’harmoniser la vie en communauté.

Transparence sur l’utilisation de la contribution financière des volontaires

Dans le cas où les volontaires contribuent financièrement à leur mission

QOA L’asso s’engage à afficher une totale transparence sur l’utilisation de l’argent versé.
Cela implique le détail du pourcentage du montant revenant au projet d’accueil, à l’organisateur, du montant dédié cas échéant à un intermédiaire, et le pourcentage du montant dédié à l’hébergement, et à la nourriture des volontaires.

Charte éthique de l’éco-volontariat : 

395 personnes ont participé à l’élaboration de cette charte : écovolontaires, structures d’éco-volontariat, professionnels du tourisme, citoyens engagés…

 

ENGAGEMENT N° 1 : 

Transparence sur l’utilisation de la contribution financière des écovolontaires.

Dans le cas où les écovolontaires contribuent financièrement à leur mission, l’organisateur s’engage à afficher une totale transparence sur l’utilisation de l’argent versé. Cela implique le détail du pourcentage du montant revenant au projet d’accueil, à l’organisateur, et le cas échéant à un intermédiaire, et le pourcentage du montant dédié à l’hébergement et à la nourriture des écovolontaires.

ENGAGEMENT N° 2 : 

Communication objective sur les missions d’éco-volontariat.

L’organisateur s’engage à donner une information honnête, explicite et objective sur la ou les missions qu’il propose. Cette information doit prendre en compte et détailler :

le programme de recherche ou de conservation, notamment les objectifs, la méthodologie, et si possible les résultats et publications, L’implication des écovolontaires dans le projet et leur encadrement, Les retombées sociales, économiques et écologiques, notamment :

L’implication des populations locales et l’impact sur la collectivité, L’impact de la mission sur l’économie locale, L’impact écologique de la mission.

ENGAGEMENT N° 3 : 

Préparation des écovolontaires à la mission.

L’organisateur s’engage à mettre en place une préparation préalable au départ des écovolontaires, afin :

d’optimiser leur immersion culturelle, de clarifier le sens de leur implication au sein du projet d’accueil, d’informer les écovolontaires sur leurs conditions de participation (hébergement, confort, organisation du voyage).

Cette préparation peut prendre la forme d’une documentation, d’une rencontre, ou tout autre support adapté.

ENGAGEMENT N° 4 : 

Limitation de l’impact environnemental des missions.

L’organisateur s’engage à estimer et à limiter, autant que possible, l’impact environnemental de la mission qu’il propose, et à donner accès à cette information aux écovolontaires.

L’organisateur s’engage également à mettre en place des actions visant à diminuer ses impacts, par exemple : recommandations aux écovolontaires sur les éco-gestes à mettre en place.

recommandations sur les programmes de compensation des émissions de CO2, adaptation de la durée minimale de la mission en fonction de son éloignement (équilibre entre les bénéfices territoriaux dus à la mission et l’impact écologique dû au déplacement).

ENGAGEMENT N° 5 : 

Recueil des retours d’expérience des écovolontaires

L’organisateur s’engage à recueillir les expériences des écovolontaires (exemple : témoignages, compte rendu) et à les publier. De plus, dans la mesure du possible, l’organisateur s’engage à mettre en relation les anciens et les futurs écovolontaires.

ENGAGEMENT N° 6 : 

Évaluation régulière des projets

L’organisateur s’engage à effectuer une évaluation régulière des projets qu’il propose aux écovolontaires basée sur :

la cohérence du projet initial et avec son contenu actuel, la prise en compte des témoignages des écovolontaires sur le projet, les résultats éventuels, les projets en développement.

ENGAGEMENT N° 7 : 

Valorisation de la participation des écovolontaires.

L’organisateur s’engage à publier, sur une base régulière, des comptes rendus sur les actions et les résultats du projet et sur les réalisations auxquelles les écovolontaires ont participé lors de leur mission.

ENGAGEMENT N° 8 : 

Prise en compte du bien-être animal et de l’utilisation des espèces

L’organisateur s’engage à refuser toute activité annexe portant sur l’utilisation d’animaux sauvages à des fins récréatives (exemple : nage avec les dauphins, cirque, dressage, nourrissage à des fins touristiques…).

Dans le cas de refuges animaliers, l’organisateur s’engage à ne proposer que des projets dont la priorité est de réintroduire les animaux dans leur milieu naturel et qui ne gardent ces animaux en refuge que lorsque leur réintroduction s’avère impossible.

EXCLUSION 

En cas de manquement à un seul des engagements de la présente charte, constaté par le Collectif Francophone d’Éco-volontariat, le signataire sera exclu sans préavis. Le signataire ne pourra prétendre à aucun dédommagement ou indemnité d’aucune sorte.

Cette charte est en cours de création en collaboration avec différents intervenants du voyage utile.